032 462 24 32 contact@ste-catherine.ch

L’histoire

Notre patrimoine
De 1896 à nos jours.

C’est en 1896 que Monsieur André Petitjean, propriétaire du lac de Lucelle fit construire un hôtel qu’il nomma hôtel zum “Lützel-Hof”.

L’hôtel fut tenu pendant des années par Madame Abt de Bâle qui par la suite le céda aux religieuses de l’ordre de Ste Catherine de Sienne dont le siège central est établi à Bâle.

Les religieuses ont créées avec succès une école sociale ménagère pour jeunes filles.

Durant toutes ces années le Lutzel-Hof était de grande renommée et connu un très grand succès.

Pendant la dernière guerre 1939-1945, le général Guisan y séjourna et signa le livre d’or.

Dans les années 1990, avec l’âge, les religieuses se firent de moins en moins nombreuses et l’hôtel dû fermer ses portes.

C’est alors qu’en 1997 un couple bâlois créa le projet de foyer d’accueil pour personnes en difficultés. Suite à la maladie du fondateur, l’institution se modifia en fondation 1999.

En 2002 Madame Astrid Chaboudez, personne avec un immense cœur et un sens humain très développé, repris les rennes de la Fondation. Sous son impulsion et son savoir-faire dans beaucoup de domaines, la Fondation pris son envol.

En 2009 les religieuses firent une offre de vente et la Fondation Maison d’accueil Ste Catherine acheta l’ensemble des biens qui comprennent, le Seeblick, la Maison Ste Catherine, la chapelle St Bernard, jardin et verger.

Malgré les investissements et l’entretien régulier des bâtiments et surtout du bâtiment principal, il fut nécessaire de se pencher sur un projet, celui de la construction d’un nouveau bâtiment qui répondra aux normes, à la sécurité et au confort des résidents.

Le Seeblick, (traduction française: vue sur le lac), est un bâtiment de 12 chambres, cuisine, salle de séjour, sanitaires dans les étages et 2 terrasses avec vue sur le lac.

Dès 2019 le Seeblick sera revu pour une nouvelle attribution.

Ste Catherine en 1912

Grand-Lucelle en 1914

Seeblick en 2016

Ste Catherine 2016


La chapelle

La chapelle St Bernard

Notre chapelle érigée en l’honneur de St Bernard de Clairvaux est élégante, sobre avec un magnifique petit clocheton. Elle abritait les reliques du saint homme. Maladroitement, en 2008, elles ont été transférées dans la chapelle voisine Sainte-Marie. Notre Fondation considère ce transfert comme provisoire et souhaite que ces saintes reliques regagnent notre chapelle bien nommée St Bernard!

Les activités qui se déroulent à la chapelle œcuménique sont accessibles à tous, pour des expositions d’œuvres, des séminaires et des conférences, etc.

Un brin d’histoire

Sa construction est l’œuvre de l’architecte Grivelli de Granges, grand bienfaiteur de la congrégation des Sœurs de Ste Catherine de Sienne, tandis que la décoration intérieure moderne est l’œuvre du sculpteur et professeur Eugène Renggli habitant de Lucelle.

Parmi les sculptures qui ornent la chapelle, les visiteurs découvriront le Christ sur la croix avec une particularité: il vous tend la main droite. Eugène Renggli, homme très spirituel, voulait nous passer un message. Il disait “malgré que les hommes m’ont crucifié, venez à moi, je vous aime”.

Le 24 juin 1960 la population catholique du Jura et de l’Alsace fut heureuse d’apprendre que les religieuses de Ste Catherine à Lucelle ont eu à cœur de faire revivre la mémoire du Saint Fondateur de l’ancienne Abbaye, où St Bernard de Clairvaux était venu en personne en l’an 1124 pour bénir la pierre angulaire et la source de la future abbaye.

Vendredi après-midi le 24 juin 1960, Monseigneur François Von Streng procèda à la consécration de la chapelle. Et dimanche suivant, le 26 juin Monseigneur Bernard Benz, abbé de l’ordre Cistercien célébra l’office pontifical. Le sermon de circonstance fut prononcé par l’abbé de la Trappe d’Hauterive de Fribourg.
La grande fête franco-suisse dura 3 jours.

Qui était St Bernard ?

Bernard de Fontaine naquit en 1090 au Château-de-Fontaine-les-Dijons dans une famille de seigneurs. Son père est le Chevalier du Duc de Bourgogne et sa mère Elisabeth, fille du duc de Montbar, une des meilleures familles de Bourgogne.

Il a 8 ans lorsque sa mère, soucieuse de pourvoir à ses études, le met dans l’école renommée de Saint-Vorles de Châtillon-sur-Seine tenue par des chanoines.

C’est là que de 1098 à 1112, se forme le caractère de cet homme d’une vive intelligence, d’une grande piété et qui fut un orateur remarquable. Il montre un goût tout particulier pour la littérature.

En 1112, il entre au monastère de Cîteaux avec une trentaine de ses compagnons (famille, amis), et en 1115, est envoyé avec quelques moines pour fonder une autre maison Cistercienne dans la vallée des Langres, l’endroit est appelé “claire-vallée” qui devient ensuite Clairvaux; il en est l’abbé jusqu’à sa mort en 1153 à l’âge de 63 ans.

Il est canonisé par le pape Alexandre III  le 18 juin 1174 et devient ainsi Saint Bernard de Clairvaux.

Saint Bernard fonda plus de 72 monastères répandus dans toutes les parties de l’Europe: 35 en France, 14 en Espagne, 10 en Angleterre et en Irlande, 6 en Flandre, 4 en Italie, 4 au Danemark, 2 en Suède, 1 en Hongrie. En 1151, deux ans avant sa mort, il y avait 500 abbayes cisterciennes et Clairvaux comptait 700 moines.